Le BesAC peut s’en mordre les doigts

 Crédit photo : Ahmed Gandhi

A Andrézieux, Andrézieux – BesAC : 76-74

Les quarts-temps : 24-14, 21-28, 17-18, 14-14.

Andrézieux : 29/65 aux tirs (dont 9/29 à 3 points), 9/12 aux lancers-francs, 34 rebonds (Hyenne 6 et Awich 6), 19 passes décisives (Dumortier 7).
Les marqueurs : Diarra 5, Awich 9, Dumortier 5, N.Labouize 7, Njiba 20, Bonnave, Hyenne 7, Preira 9, Denave 11.

BesAC : 27/67 aux tirs (dont 4/17 à 3 points), 16/23 aux lancers-francs, 46 rebonds (Redikas 11), 12 passes décisives (Redikas 4).
Les marqueurs : Vitale-Boiteux 17, Foucault 19, Valayer 8, Redikas 7, Laporal 6, Huger 5, Prénom 12, Knezevic.

Que le basket est beau mais qu’il peut être rageant ! Le BesAC a manqué d’un rien la victoire sur le parquet d’Andrézieux, un des concurrents à la poule haute. Les combattants du BesAC ont été admirables de culot et de persévérance mais les dernières secondes leur ont été fatales. Avant cela, les joueurs bisontins ont joué les yeux dans les yeux avec leurs adversaires… et même mieux que ça. Grâce à un Dovydas Redikas plutôt en jambes tant au niveau du scoring que dans sa vison du jeu pour offrir plusieurs offrandes à ses partenaires et dans son placement pour gratter des rebonds, le BesAC avait frappé le premier (2-5, 2e). Le duo Valentin Vitale-Boiteux – Tom Foucault, toujours aussi resplendissant, faisait transpirer un vent de fraicheur et de confiance à tout un collectif qui ne semblait pas plus marqué que cela par l’enchainement et l’enjeu des rencontres. Même si, pour ne rien cacher, il y eut bien quelques trous d’air comme ce 13-2 encaissé en milieu de premier quart-temps (5-7, 3e puis 18-9, 8e). Oui mais voilà, comme Andrézieux se devait absolument de gagner cela faisait de l’équipe de Laurent Pulvy (31 sélections en Equipe de France en tant que joueur) une formation extrêmement dangereuse. Pour autant, il était écrit que jamais nos guerriers bisontins ne se démobiliseraient.

Pour preuve, le Salinois Tom Hyenne avait beau faire des étincelles pour mettre ses coéquipiers sur un piédestal (24-14, 10e), le BesAC ne sombrait jamais totalement. A l’image du “big man” Ferdinand Prénom qui grâce à trois paniers consécutifs mettaient les siens à portée de main de leurs opposants (26-19, 12e). Roman Huger, Luidgy Laporal et Dovydas Redikas, dont la confiance était revenue au beau fixe, se relayaient tour à tour pour mettre le BesAC dans les rétroviseurs des Andréziens qu’ils affrontaient pour la troisième fois de la saison après un duel inaugural lors du premier tour de Coupe de France et un autre en déroulé de la phase aller du championnat de France. A la croisée des chemins, le score serré (45-42, 20e), laissait espérer un succès possible et par la même un maintien à 100% officiel. D’autant que la reprise fut subtilement gérée. En sortant les barbelés en défense, les protégés de Nicolas Faure et Joseph Kalambani se donnaient encore de meilleures chances de succès. Les Andréziens ne trouvaient plus aucun espace dans la défense comtoise, si bien que ceux-ci se voyaient infliger un 10-0 (49-44, 23e puis 49-54, 26e). Les Bisontins se trouvaient les yeux fermés et Foucault était encore gigantesque dans sa détermination.

Le BesAC a manqué ses balles de match

Remonter le terrain à une vitesse éclaire et harceler la défense forézienne étaient deux de ses leitmotiv. Même si en face, l’équation Njiba (20 points hier soir) était compliquée à résoudre, on savait que la décision se ferait lors de l’ultime quart-temps (60-62, 30e). Si le BesAC ne l’abordait pas dans les meilleures dispositions (65-60, 31e), c’est de nouveau lui qui faisait preuve de panache dans tous les recoins du parquet. Avec un 11-2 encore magique où Vitale-Boiteux nous éclaboussait de sa classe, ne restait plus qu’aux Bisontins à poursuivre leur bonhomme de chemin pour espérer signer un succès lourd de sens (67-71, 35e). Ce qu’ils firent plutôt bien grâce à l’expérience de Ferdinand Prénom pour se voir, à 2 minutes et 15 secondes de la fin, décrocher un précieux +2 (72-74, 38e).

Cependant, Nadyr Labouize, absent au match aller, égalisait (74-74, 39e) et les tirs de Prénom, Foucault et Redikas ne trouvaient pas la cible, causant la chute du BesAC, une minute plus loin, puisqu’à 7 malheureuses secondes du terme Awich offrait la victoire aux siens (76-74). Le shoot de loin de Vitale-Boiteux tenté sur le buzzer était lui aussi manqué. Les 48 points de la triplette Prénom (12 unités) – Vitale-Boiteux (17 unités) – Foucault (19 unités) n’auront pas suffi, tout comme les 11 rebonds de Redikas et le BesAC aura échoué à trois reprises devant Andrézieux cette saison. Mais ouf, le BesAC a de quoi espérer décrocher encore une ou même deux victoires aux dépens de Lyon SO et Orchies qui visiteront le gymnase des Montboucons respectivement mardi 15 et vendredi 18 février pour les deux dernières journées de la première phase. Tout un public est prêt à rugir pour porter ses protégés vers un onzième succès cette saison.

Allez BesAC !

Nous
contacter

Laissez votre message ci-dessous

OU par mail : besacbasket@gmail.com
OU par téléphone au : 03 81 50 87 07

Permanence du bureau

Lundi : 14H-18H

Mardi : 9H-12H

Mercredi 14H-18H

Jeudi : 9H-12H