Le BesAC tombe les armes à la main

 Crédit photo : Com’on by Tifou

A Besançon, BesAC – Avignon Le Pontet : 80-88

Les quarts-temps : 16-25, 19-20, 23-26, 22-17.

BesAC : 26/59 aux tirs (dont 10/26 à 3 points), 18/28 aux lancers-francs, 30 rebonds (Prénom 8), 20 passes décisives (Redikas 6).
Les marqueurs : Vitale-Boiteux 28, Foucault 11, Tonji 2, Valayer 3, Redikas 1, Laporal, Prénom 13, Knezevic 14, Mareschal 8.

Avignon Le Pontet : 30/54 aux tirs (dont 8/19 à 3 points), 20/24 aux lancers-francs, 32 rebonds (Morgan 10), 19 passes décisives (Bourcier 6).
Les marqueurs : Bourcier 11, Meyniel 16, Bondo 6, Morgan 25, Biog 12, Vincent 9, Bonomini, Tomatis 5, Kyungu 4.

Battu sur le fil par Avignon Le Pontet (80-88), ce mardi soir, le BesAC aurait certes aimé enchainer un deuxième succès en deux rencontres dans l’écrin du Palais des Sports qu’il s’est attribué pour une deuxième soirée consécutive mais le club franc-comtois a vécu encore une sacrée communion avec son public en dépit de la défaite. Dans une parfaite osmose avec ses fans, le BesAC a échoué à un rien du hold-up contre un concurrent direct pour le maintien en revenant notamment à un point de son rival à quelques encablures de la fin. Mais en vain… Avant ce dénouement cruel qui a peiné la famille BesAC, les coéquipiers du capitaine Tom Foucault sont apparus un peu moins en jambes que lors de leur exploit d’il y a quatre jours contre Le Havre. En même temps, difficile de remettre les pieds sur terre après une rencontre d’une telle intensité face à un des favoris à la montée. Foucault est apparu tout de suite agacé de voir des fautes à son encontre non sifflées, tandis qu’Avignon a joué son va-tout sans arrière pensée. On disputait la 11e minute et le club vauclusien avait déjà inscrit quatre paniers primés sur six tentatives, ce qui avait le don d’agacer Nicolas Faure qui voyait son équipe prendre déjà du retard (16-28, 11e).

Pourtant, Nikola Knezevic dans le ton de ses dernières sorties demeurait toujours tout feu tout flamme, notamment derrière la ligne à trois points, tout comme Ferdinand Prénom qui cassait la baraque dans la raquette adversaire. Dévastateur en attaque, celui-ci se permettait même quelques contres défensifs de l’autre côté du terrain. Seule ombre au tableau, la réussite aux lancers-francs le fuyait (sur ses six premières tentatives sur la ligne de réparation, le pivot allait n’en convertir qu’une seule). Mais avec une traction arrière qui profitait de la montée en puissance de Tom Mareschal, dont le temps de jeu augmente à chaque sortie, le BesAC arrivait à rester en embuscade malgré un petit excès de paniers encaissés à la mi-temps (35-45, 20e). Devant la maestria avignonnaise dont l’adresse générale naviguait aux alentours des 58 % de réussite, le BesAC ne pouvait, en fait, guère faire mieux. Les hommes de Nicolas Faure avaient beau, d’ailleurs, enclencher une rébellion au retour des vestiaires grâce à deux réussites extérieures de Foucault et Knezevic (41-45, 22e), Avignon leur refermait le clapet de façon express (41-52, 24e).

Le feux-follet Vitale-Boiteux a pourtant tout tenté

Avec Morgan, auteur d’un match époustouflant à 25 points et 10 rebonds au total de la rencontre, l’USAP faisait main basse sur la partie avec un score qui ne faisait que grossir (46-59, 26e puis 53-66, 28e). Enfin, croyait-on… Le BesAC la jouait un peu plus small ball (petite taille) avec souvent comme seul point d’encrage intérieur Laporal ou Prénom accompagné de quatre gâchettes extérieures comprenant Mareschal, Foucault, Knezevic et Vitale-Boiteux. Et cela fonctionnait ! Le cinq bisontin avait gagné en vivacité mais là encore, Avignon trouvait la réponse en contre-attaque. Pas pour très longtemps heureusement… Vitale-Boiteux avec sa fougue rallumait la lumière grâce à deux paniers primés consécutifs à l’entame du dernier quart-temps (65-71, 32e). Le jeune arrière énervé par une erreur du corps arbitral qui ne sifflait pas une remise en jeu flagrante au profit du BesAC, haranguait la foule qui ne se faisait pas prier pour tantôt marquer sa forte désapprobation aux coups de sifflet hasardeux des arbitres, ou pour tantôt exploser de joie devant les coups d’éclat de son nouveau “chouchou” Vitale-Boiteux.

La partie était devenue complètement folle et dans une furia à filer des frissons, Prénom à 1/6 jusqu’alors aux lancers-francs, choisissait son moment pour signer le 2/2 sur la ligne de réparation, à l’inverse de Biog qui venait de rater deux occasions une action plutôt. Le BesAC, avec un 11-0 était ainsi revenu à un petit point (78-79, 39e) de son adversaire mais encore une fois, les Avignonnais gardaient tout leur sang froid pour planter un nouveau trois points par l’intermédiaire de Vincent et même obtenait une faute technique très discutable de Vitale-Boiteux qui se prenait un violent coup dans le nez de la part de son adversaire sur cette action. Malgré un (très) grand match de son jeune espoir qui a magnifié le Palais des Sports (28 points dont 15 dans le seul dernier quart-temps, 5 rebonds, 3 passes décisives, 8 fautes provoquées et 28 d’évaluation), le BesAC tombait les armes à la main (80-88) non sans avoir fait montre d’une détermination sans faille. Tout reste à faire pour aller chercher le maintien mais avec un état d’esprit irréprochable comme l’est celui du BesAC tout demeure encore dans les cordes des hommes de Nicolas Faure et Joseph Kalambani. Ceux-ci testeront encore leur résilience, ce vendredi contre Mulhouse dans un gymnase des Montboucons, qui même plus petit que l’enceinte du Palais des Sports, s’annonce chaud bouillant !

Allez BesAC !

Nous
contacter

Laissez votre message ci-dessous

OU par mail : besacbasket@gmail.com
OU par téléphone au : 03 81 50 87 07

Permanence du bureau

Lundi : 14H-18H

Mardi : 9H-12H

Mercredi 14H-18H

Jeudi : 9H-12H